Quand le CAC 40 pète les records boursiers !

Publié le 12/11/2021

articlempp.png

Retour sur une semaine historique pour l’indice boursier de la place parisienne

Grand moment pour le CAC 40 la semaine dernière qui a enchaîné 6 séances de hausses consécutives, avant de clôturer pour la première fois de toute son histoire à plus de 7000 points. Soyons tatillons, 7040,79 points exactement ! 

Oui parce qu’il faut savoir que cet indice boursier de la place de Paris se mesure en points. En 1987, date de sa première cotation boursière, il a été établi que le CAC40 valait 1000 points. Plus concrètement, cela veut dire que si tu as investi 1000€ il y a 34 ans, aujourd’hui ils valent 7000€. Quand on vous dit que le long terme ça paye... 

Jusqu’à lors, le plus haut niveau du CAC, 6922,33 points, avait été atteint au nouveau millénaire lors de la bulle spéculative d’internet. Bref, un sacré record enregistré en salle des marchés aussi constaté chez nos voisins américains avec le NASDAQ, leur indice boursier.

  

Comment expliquer une telle hausse de l’indice parisien ?

Plusieurs indicateurs viennent expliquer pourquoi le CAC40 a mis le feu au plancher de la Bourse :  

  • Une abondance de liquidités : l’argent coule à flots sur les marchés financiers depuis quelques temps déjà, principalement grâce à l’action de mesures de soutien exceptionnel des banques centrales dans le cadre de la crise sanitaire. En injectant des liquidités abondamment, les marchés actions comme le CAC 40 ont largement bénéficié de cet argent gratuit, qui a permis de faire monter les actions. 
     
  • Une surperformance du luxe et de l’industrie : Les valeurs du luxe, qui pèsent pour plus de 25% du CAC 40, affichent des performances exceptionnelles. Par exemple, LVMH est en hausse de 34% depuis le début de l’année, Hermès a augmenté de 59% et L’Oréal de 29%. A cela s’ajoute, la réouverture des économies, les différents plans de relance budgétaire, la performance des valeurs financières françaises. 
     
  • Le rôle des Banques Centrales : Depuis de nombreuses années, elles font la pluie et le beau temps sur les marchés. La FED (Etats-Unis) comme la BCE (Europe) communiquent très régulièrement sur leurs perspectives et l’orientation de leurs politiques monétaires, ce qui est très rassurant pour les investisseurs. Savoir qu’un organe aussi puissant est derrière eux, permet d’avoir un environnement favorable pour une progression des marchés actions. Les taux d’intérêt sont encore bas pour un petit moment et la réduction des rachats d’actifs de la FED, le « tapering » est très progressive et permet de ne pas surprendre les investisseurs sur les marchés.

 

Et Mon Petit Placement dans tout ça : est-ce le bon moment pour investir ?

Il est toujours temps d’investir, dès lors où tu entres correctement sur les marchés. Et pour cela, le meilleur moyen d’opérer et de lisser ton point d’entrée.  

Cette méthode simple, qui a fait ses preuves, consiste à faire des versements réguliers plutôt que de ne placer ton argent en une seule fois. Cela te permet de te protéger des fluctuations du marché et du stress que tout investisseur en herbe peut avoir, mis en exergue par cette interrogation : « Ai-je investi au bon moment ? » 

Illustration avec un exemple simple : 

  • Un investisseur place toutes ses économies le veille du krach de l’an 2000 sur l’indice CAC 40. 21 ans plus tard, sa performance est de 0% puisque le CAC 40 est quasiment au même niveau. 
     
  • Un investisseur place une petite somme la veille du krach de l’an 2000 puis initie des versements réguliers pendant 20 ans. Il aura profité de tous les points bas que l’indice aura pu lui offrir et aura donc une performance très satisfaisante au fil des années. 

 
-> Gestion active ou passive ? 
 
Bonne question ! Ces records boursiers mettent en exergue l’importance de la gestion active par rapport à la gestion passive. 

Explication, un ETF (gestion passive) se contente de suivre les fluctuations du CAC 40. En investissant sur les 20 dernières années, sa performance produite sera de 0% du fait d’une forte volatilité.  

De son côté, une société de gestion (gestion active) aura, de par son expertise, réussi à dégager des performances intéressantes en profitant des opportunités du marché au fil des années. Choix que nous avons d’ailleurs fait chez Mon Petit Placement ! Nous sélectionnons minutieusement chaque société de gestion en analysant en autre, l’historique des fonds et la gouvernance. Résultat, 8,3% de performance réalisée en 2020 sur tous nos portefeuilles.

What Else ?