Comment réaliser une levée de fonds ?

Publié le 18/11/2021

visu article mpp levée.png

De 1 million d’euros à 1 milliard, de start-up à licorne, de business angels à fonds d’investissement, une chose est sûre, lorsqu’il s’agit d’une forte croissance, les levées de fonds sont devenues un passage presque obligatoire pour les jeunes structures. A l’occasion du troisième tour de table de Mon Petit Placement (on t’explique après de quoi il s’agit), on te dévoile les coulisses de cette grande collecte de fonds organisée. C’est parti !

Qu’est-ce qu’une levée de fonds ?

La levée de fonds, c’est simple. C’est une méthode de financement qui consiste pour une entreprise, à faire appel à des investisseurs, privés ou des institutions publiques, susceptibles d’investir dans son capital. En contrepartie, la société s'engage à redistribuer des parts sociales, des actions convertibles des actions selon des conditions négociées et prédéfinies.  

L’objectif des investisseurs ? Participer à l’accélération de la croissance d’entreprises innovantes ou de start-ups à forts potentiels de développement dans le but de réaliser une plus-value à la revente de leurs titres. Imagine un peu le billet qu’ont touché ceux qui ont cru au projet de Steve Jobs … Gling gling gling 

Par ailleurs, si pour certains secteurs ces collectes de fonds se présentent désormais comme un passage obligatoire, sache que ça ne marche pas à tous les coups. Eh non, selon LegalStart, 1 levée de fonds sur 15 seulement, se termine bien. En cause ? Une méthodologie et un temps passé parfois quelque peu sous-estimés...

 

Pourquoi et comment faire une levée de fonds ?

  • Les raisons qui poussent les entreprises à passer le cap 

Démarrage de l’entreprise, développement à l’international ou accélération commerciale, lancement d’un nouveau produit ou d’un nouveau service, R&D, recrutements... sont autant de bonnes raisons qui motivent les entreprises à faire des levées de fonds.  

A savoir que toutes les sociétés, peu importe leur taille et leur secteur d’activité, peuvent prétendre à une levée. Par ailleurs, les fintechs restent les grandes favorites de ces méthodes d’investissement. Pour preuve, notre petit doigt des Echos nous dit qu’au premier semestre 2021, les fintechs ont levé 1,5 milliard d’euros de fonds soit un quasi fois deux par rapport au premier semestre 2020 qui enregistré déjà une belle progression.  

Evidemment, si toutes les entreprises peuvent se présenter au casting des investisseurs pour augmenter leur capital, elles doivent tout de même cocher certaines cases. Dans cette opération séduction de levée de fonds, elles doivent présenter différents éléments comme : des perspectives de développement à haut potentiel à 5-7 ans d’activité, leur positionnement stratégique sur leur marché, un chiffre d’affaires encourageant et une bonne rentabilité potentielle. En résumé, de quoi nourrir la réflexion, l’intérêt et la prise de décision des investisseurs.  

Et ce n’est clairement pas une mince affaire !

 

616018f520e8f_capture-d-ecran-2021-10-08-a-12-09-07.png
  • La levée de fonds step by step 

L’histoire raconte qu’il faut en moyenne 6 mois pour lever des fonds entre le début du process et le closing. Par closing, entends le moment où le financement est réalisé par les investisseurs et où les équipes peuvent enfin sortir le champagne.  

Ce qui se passe durant ce laps de temps ? Environ une dizaine d’étapes de la constitution du dossier à la négociation en passant par le pitch. Grosse maille, les grandes marches d’une levée de fonds sont :

1 : Préparer la stratégie & la belle histoire à raconter :
Quelle histoire sera racontée aux potentiels investisseurs ? Quelles sont les convictions des fondateurs ? Quel est le business plan ? Bref, c’est le moment de poser les bases et les fondations du projet pour les présenter ensuite aux futurs actionnaires de la société.

2 : Identifier des investisseurs :
Un bon investisseur doit remplir deux missions : la première, financer et la seconde, faire profiter l’entreprise de son réseau et de son expertise.

Pour être accompagnée, une entreprise peut faire appel à : des fonds publics comme BPI France, des fonds privés nationaux ou internationaux (Private equity pour les PME et ETI, Venture Capital pour les starts-ups et entreprises en forte croissance), des corporate venture rattachés à des sociétés financières ou non et enfin les fameux Business Angels, mi-philanthrope, mi-financier, qui financent de jeunes structures. 

A retenir : faire rentrer des investisseurs au capital, c’est un peu comme un mariage. Il faut donc prendre le temps de bien les choisir et de se poser les bonnes questions avant de se dire OUI.


3 :
 Due diligence
Une fois que les investisseurs se montrent intéressés par l’histoire et la stratégie, ils creusent plus en profondeur différents points comme des aspects juridiques, légaux, techniques, de comptabilité, etc.

Avec cet audit complet de la société, c’est LE moment de montrer patte blanche. Ici sont analysés le potentiel du marché, la faisabilité technique, l’analyse juridique, les équipes, les projections financières.

Tout est passé au peigne fin. Une fois cette analyse terminée, les investisseurs débriefent des points d’amélioration et des points de risque détectés. Si tout se passe bien, place à l’étape suivante !

4 : La lettre d’intention
Une fois le casting et les due-diligence terminés, on entre dans la partie administrative.

La lettre d’intention est en quelque sorte une timide déclaration d’amour des fonds d’investissement. Elle témoigne de l’intérêt des investisseurs pour le projet mais rien n’est encore gagné ! Via cet outil juridique, les investisseurs vont présenter toutes leurs conditions financières et juridiques de l’opération.


5 : Les négociations juridiques
La lettre d’intention en main, les négociations juridiques peuvent commencer !  

Lorsque tous les investisseurs et les entrepreneurs sont en accord sur les clauses, il est temps de signer le pacte d’associé pour celer la levée. Dés qu’il est acté,  il ne reste plus qu’à attendre de recevoir les fonds pour sabrer le champagne. Nota bene : tant que le closing n’est pas annoncé, rien n’est joué...

 

" Une levée de fonds, c'est un peu comme courir un marathon à 20km/h. Un sprint qui s'étend sur de longs mois, semé d'embûches et de victoires, de beaucoup d'échanges et de négociations. 6 mois après une course effrénée, on se sent soulagé de passer la ligne d'arrivée ! Une expérience très enrichissante qui demande une grande résilience, notre valeur première chez MPP. "
Julien, Chief Of Staff

 

  •  Conseils d’entrepreneur  

Quelques recommandations de base qui font mouche lors d’une levée de fonds :

- Echanger avec d’autres entrepreneurs qui ont déjà levé des fonds.

- Assister à des sessions de pitch pour se préparer à sa propre présentation.

- Crédibiliser son projet et avoir des convictions.

- S’assurer que “ la fenêtre est ouverte “, c’est-à-dire que la période macro-économique est favorable à une levée

 

Les différentes séries de la levée

Tu te souviens de la notion de tour de table dans l’intro ? C’est maintenant qu’on te l’explique !  

Si tu as déjà lu un article qui annonce une levée, tu as certainement déjà vu passé le terme de “ série “. Une série est un tour de table qui symbolise une nouvelle phase de levée de fonds d’une entreprise, un nouveau montant validé pour une nouvelle étape de développement (ça en fait de la nouveauté).  

Cette mesure part de la lettre A à la lettre de Z et de quelques milliers d’euros, à plusieurs centaines de millions (jusqu’à des milliards à l’étranger).  

Aujourd’hui, les noms sur les levées dépendent du nombre de tours réalisés plus que du montant levé. Voici les principales phases :
 

  • Phase d’amorçage  

Tout commence par un pré-seed amenés par des subventions ou un apport de l’entourage (Love Money) qui permet à l’entreprise de faire ses premiers pas comme louer des bureaux, intégrer une pépinière, financer les premiers essais... 

S’en suit un seed (levée en général de 500 000 euros à 1 ou 2 millions d’euros) financés par des Business Angels, des fonds d’amorçage ou BPI France. Les premiers clients sont là et répondent au produit. Cette levée permet de valider l’appétence du marché et l’accompagnement de nouveaux besoins Rh, marketing, ou de la R&D. 

Vient ensuite la série A (quelques millions voire une dizaine de millions) apportés par des fonds de Venture Capital (VC) nationaux majoritairement. L’entreprise passe de start-up à scale-up ! Sa croissance s’accélère et elle se prépare à un développement national et international.

  • Phase de développement 

Puis, place à la série B émis par des fonds de VC nationaux et internationaux. La société est en évolution constante, son business model et viable et cohérent. Elle vise l’international ou le rachat d’entreprises concurrentes !

Et en parlant de tour de table...

 

Mon Petit Placement lève 6M€ !

Cerise sur le gâteau : 18 mois seulement après notre lancement commercial, nous clôturons une levée de fonds de 6 M€ !  

Aux côtés de nos investisseurs historiques, nous embarquons dans notre aventure de nouveaux investisseurs comme le fameux fonds French Tech Seed de Bpifrance, classe non ? 

Un nouveau tour de table (maintenant tu sais ce que ça veut dire ) qui permet à Mon Petit Placement de poursuivre son rêve, un peu fou, de démocratiser l'investissement pour les particuliers en France.  

Pour ça, on met les petits plats dans les grands avec au programme :

  • Consolider notre offre de portefeuille pour continuer à t’offrir la crème du placement 
  • Développer de nouvelles fonctionnalités pour notre app mobile 
  • Créer une communauté d’entraide MPP 
  • Renforcer nos équipes pour un service client aux petits oignons 

 

 

Cette nouvelle étape, nous en sommes super heureux. Sache néanmoins qu’une levée de fonds n’est pas une fin en soi. C’est un moyen de plus pour une entreprise d’atteindre ses objectifs pour demain, voler de ses propres ailes... 

Pour continuer d’en savoir plus sur l’entrepreneuriat ou plus largement la finance et le monde de l’investissement, rejoins la communauté de lecteurs MPP en t’inscrivant à notre newsletter !