04 65 84 31 00
04 65 84 31 00

Caroline Jurado, portrait d'une investisseuse détonante

Publié le 21/06/2022

Caroline Jurado, portrait d'une investisseuse détonante

Toi qu’on connait en tant que " Les cryptos de Caro ", peux-tu nous dire qui est Caroline ?

Contre toute attente, mon parcours a commencé loin des marchés financiers !

Pour tout te dire, j’ai fait une fac d’éco avec une spé RH dans le Sud de la France et à cette époque, je ne savais pas ce qu'était l'investissement ou même que ça existait (rires). Mes parents avaient peu de moyens, j'ai donc grandit sans grande éducation financière. Cela ne m'a pas empêché d'être ambitieuse !

Après mes études, j’ai travaillé pendant 1 an dans une asso RH avant d'entreprendre pour lancer "Linky", un logiciel destiné aux DRH. J'ai revendu mon entreprise quelques années après. 

 

Pourquoi t’être autant intéressée à la crypto ? Comment t'est venue l'idée de "Les cryptos de Caro " ?

Ma première expérience en investissement remonte à l'époque où mon dernier conjoint et moi souhaitions acheter notre appartement. On avait pratiquement rien comme apport. Pourtant, lorsqu’on l’a revendu 2 ans plus tard, nous avons tous les deux perçu un gain de 20.000€ ! C’est à ce moment là où je me suis dit « Ok, ton argent peut créer de l’argent ». La machine était lancée ;)

La crypto et moi ça n'a pas été une histoire d'amour au premier regard. La première fois que j'en ai entendu parlé, c'est en 2017 par quelques-uns de mes potes, fondateurs d'une start-up dans la tech qui avaient investi dans le bitcoin. Ils m'en ont beaucoup parlé mais je ne le sentais pas du tout ! Ça me semblait hyper compliqué, obscur, dangereux… Bref, tout me faisait peur, donc je ne me suis pas lancée. 

Puis vint 2020, son confinement et l'occasion de s'intéresser à toutes ces choses dont on avait entendu vaguement parlé comme la crypto. En me plongeant dans le sujet, j'ai rapidement fait le calcul et me suis rendue compte que mes potes étaient devenus millionnaires !

J’avais du temps, donc j’ai commencé à investir en bourse et en crypto mais aussi à beaucoup me renseigner sur le sujet. J'étais piquée ! Durant le confinement, ma priorité était d'investir pour que mon argent fasse de l’argent. Par la suite, j’aurais pu continuer d’investir dans l’immobilier mais la quantité de documents administratifs à remplir a fait que je n’ai pas vraiment pas accroché.

Tout ce parcours m'a amené a lancé "Les cryptos de Caro" en mars 2021. Au départ, je produisais du contenu sur la bourse et la crypto mais les gens étaient beaucoup plus intéressés par la crypto. J’ai donc choisi mon camp. D’autant plus que c’est ce que je préférais : sujet de profondeur, de réflexion.

Aujourd’hui la newsletter Les cryptos de Caro comptent 43 000 abonnés ! 

 

On imagine souvent la finance en costume-cravate. Raconte-nous ton expérience dans le monde de la finance ? Comment as-tu réussi à t’imposer ?

Clairement, je n'ai pas l'impression de m'être imposée dans le milieu. Oui, je rayonne aux yeux du grand public mais vis à vis des professionnels du secteur, je ne reste qu'une femme…

Sur les réseaux sociaux où je suis très exposée, je reçois énormément de réflexions sexistes qui diffèrent selon les réseaux. Par exemple sur LinkedIn, des hommes m’expliquent mon métier alors qu’ils ne font pas partie du milieu quand sur TikTok, ce sont davantage des réflexions par rapport à mon physique ou à ma place qui est, d’après eux, dans la cuisine... C’est ultra violent !

Cette égalité dans le milieu, c'est un combat que je mène même si on m’a très souvent déconseillé d'en parler. Aujourd'hui, je rejoins complètement Mon Petit Placement sur ce constat : la finance ce n'est pas qu'une affaire de geek ou de costume-cravate ! 

 

23% des femmes investissent... Selon toi, pourquoi sont-elles frileuses à l’idée d’investir ?

La première réaction que j'ai eue lorsque j'ai été confrontée au bitcoin fut "ok c'est pas ma place ici". Et je pense que c'est le cas de beaucoup de femmes ; comme moi, elles estiment qu'elles n'ont rien à faire, à gagner ou à apporter à la finance. 

La vraie différence pour moi, c'est vraiment le contenu et la manière dont on parle de finance aux gens. La preuve, ma communauté est composée de 45% de femmes dont 80% qui ont déjà investi en bourse ou en crypto !

Vulgarisation et humanisation sont les 2 règles d'or pour parler aux femmes de finance. Du coup, je fais très attention à limiter l'usage du jargon financier dans mes contenus et je me montre au maximum. Ça donne confiance et créé une expérience de "on est en toute intimité" et de projection. 

 

Es-tu aussi une serial investisseuse ?

J’investis 4.000€ par mois en crypto, donc disons que oui ;) 

 

Quelles sont les sources qui t’ont aidé à comprendre la finance ?

J'ai accordé beaucoup de temps à lire et à m'informer sur internet, sauf qu'à chaque fois je me faisais la même réflexion : c'est beaucoup trop compliqué... Et puis, j'ai découvert Snowball de Yoann Lopez qui reste pour moi le meilleur contenu vulgarisé.  

 

Quel est, selon toi, LE meilleur conseil à donner à une personne qui souhaite investir ?

À mon sens, il faut vraiment y aller petit à petit, que ça soit naturel et que l'on se sente à l'aise pour passer le pas. Pour ça, il est essentiel de se confronter à cet univers, d'en comprendre les tenants et les aboutissants.

 

Après les réseaux sociaux, un livre, bientôt un podcast, as-tu d’autres projets en vue ?

Oui, toujours !

Parmi eux, il y a la sortie prochaine d'un second livre et le développement de ma chaîne Youtube. Je me suis également donnée le challenge d'aller toucher les 100k abonnés d’ici la fin de l’année. En parallèle, j'ai pour projet cet été de créer une sorte de rewards pour ma communauté.

 

Si tu avais un super pouvoir, ce serait quoi ?

Voler !