Je simule mon placement
Je m'inscris

Et si tu investissais… dans l’art ?

Publié le 23/05/2018

Comprendre le couple rendement/risque shutterstock_137890253.jpg

Et si tu investissais… dans l’art ?

On dit que l'art n'a pas de prix, mais les oeuvres d'art, notamment les peintures et les tableaux, constituent aujourd'hui l'un des investissements financiers les plus dynamique et rentable : et si on arrêtait de prendre les vieux dictons pour acquis ?

Depuis bientôt 20 ans, le marché de l’art est en pleine expansion, mais aussi en pleine mutation. Au niveau international, il est valorisé à plus de 50 milliards de dollars (en volume de transactions connues). Pas étonnant que les banques et les fonds d’investissement soient de plus en plus nombreux à scruter ce marché : des fonds d’investissements spécialisés dans l’art, comme le Art Collection Fund, ont même été créés ! Pour vous donner une idée, il s’est créé plus de musées en 15 ans qu’au cours du XX° siècle. Alors prêt à comprendre pourquoi Art et Investissement sont étroitement liés ?

Investir dans l'art, c'est rentable?

Le prix des œuvres échangées lors de ventes publiques a augmenté de 90% depuis les années 2000. En ce sens, l’art est tout aussi performant que les marchés financiers. Actuellement, les œuvres d’art permettent de réaliser un retour sur investissement très intéressant à long terme : il ressort du site Internet d’Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’art, qu’il est possible d’espérer un rendement annuel de plus de 10% pour les œuvres dont la valeur est supérieure à 100 000 €. De plus, l’essor d’Internet a brisé la barrière de l’information et tu peux désormais accéder aux mêmes données qu’un expert évoluant dans ce domaine depuis plusieurs dizaines années. La quantité d’informations présentes sur le net concernant les œuvres, les galeries et les artistes permet ainsi d’estimer le prix d’une œuvre d’art.

Investir dans l’art : un nouvel Eldorado ? Si ce marché présente, en apparence, un risque limité, il faut néanmoins être prudent car ce monde peu connu a ses propres règles qu’il est utile de connaître et maîtriser.

Comment investir de manière sereine et prudente ? Nos conseils :

  • Faire un maximum de recherches : l’œuvre doit être traçable, attestée par une galerie d’art, un expert ou par l’artiste lui-même  (s’il vit encore). Elle doit être certifiée, et il est préférable qu’elle apparaisse dans d’anciens catalogues de vente.

  • Artprice recommande d’éviter les grands formats et d’acheter un artiste coté : méfie-toi absolument des effets de mode dans ce domaine car l’achat d’une œuvre créée par un artiste qui jouit d’une notoriété ponctuelle risque de devenir un placement perdant.

  • Garde en tête qu’investir dans l’art classique est moins dangereux que d’investir dans l’art contemporain. En effet, en langage d’investisseur, l’art classique est une obligation, plus sûre et modérément rentable, alors que l’art moderne est une action : en prenant plus de risques, les profits peuvent être plus élevés.

  • Fixe toi une limite de prix, sinon tu risques de t’emporter un peu trop lors de la mise aux enchères. La rentabilité visée est de 7% à 10% par an, à condition d’investir au moins 20 000€.

Où acheter des objets d’art ?

Concrètement, que ce soit aux enchères, auprès d’une maison de vente, une galerie ou en ligne, tous les moyens sont bons. Méfie-toi cependant d’Internet, plus récent, qui ne te permettra pas d’apprécier de manière directe et visuelle le produit avant l’achat. En cas de nécessité, tu peux même passer par un spécialiste, qui s’occupera de tout, et dont tu trouveras les coordonnées facilement sur Internet, comme la Compagnie Nationale des Experts en Oeuvre d’art.

Je me lance dans l’art, les arguments pour :

  • C’est un placement alternatif, qui permet de diversifier son patrimoine. Lors de l’éclatement de bulles spéculatives, l’art s’est affirmé comme une vraie une valeur refuge.

  • Le chiffre d’affaires du marché de l’art ne fait qu’augmenter, ce qui traduit un accroissement de l’attrait pour les objets d’art. Aujourd’hui les maisons de vente sont quasiment toutes présentes sur Internet, ce qui ouvre le marché à de nouveaux client/acteurs dans ce domaine.

  • La fiscalité, notamment en France, est très favorable aux amateurs d’art. (https://achetezdelart.com/fiscalite-amateur/)

  • Depuis les années 2000, le marché de l’art se porte mieux que les indices boursiers, tel que cela ressort de cet article développé par le site web du magasine Challenge : https://www.challenges.fr/patrimoine/marche-de-l-art/bourse-pourquoi-l-art-rapporte-5-fois-plus-que-les-actions_571158

J’investis dans l’art, les arguments contre :

  • Les œuvres d’art n’ont pas de valeur intrinsèque. Il est difficile d’évaluer leur prix en continu.

  • Elles sont peu liquides et il faut attendre la vente de celles-ci pour toucher une plus value : une personne qui investit dans l'art ne profitera de la rentabilité de son investissement qu'au moment de la vente de l'objet d'art, contrairement, par exemple, à une personne qui investit dans les actions d'une société et qui peut toucher des dividendes ou revendre plus facilement.

  • Attention à l’accumulation des frais, notamment lorsqu’on ne s’y connaît pas car il faut payer un expert pour identifier une œuvre, un conseiller pour l’achat d’une œuvre (qui touche une commission), les assurances dans le cadre de la garde de l’œuvre…

  • Il est facile de se laisser influencer et ne laisse pas la crainte qu’un groupe d’expert s’y connaissant mieux que toi te dicter ta conduite !

  • Encore peu régulé, le monde de l’art peut s’avérer dangereux pour un investisseur profane : les ventes fictives ou réalisées avec pour seul objet de fausser les cotations ne sont pas rares.

  • Les ventes impayées, qui s’accumulent, notamment en Chine.

Pour plus d'articles sur les investissements alternatifs, jette un coup d'oeil là dessus:  L'investissement Socialement Responsable - https://bit.ly/2JwzQVr

shutterstock_244625119-min.jpg