5 idées reçues sur la bourse

Publié le 20/08/2019

idees-recues-bourse_investir-bourse_blog-investissement_mon-petit-placement.png

"Investir en Bourse, c'est comme jouer au casino !" "Il faut être à l'aise avec les mathématiques financières, la bourse c'est du court terme." Dans cet article, on casse les idées fausses qui circulent sur la bourse pour t'aider à mieux comprendre cet environnement opaque.

 

Idée reçue n°1 : La bourse et le casino, même combat

Même si la méthode de Monte-Carlo, une technique probabiliste relativement complexe créée en s’inspirant des jeux du célèbre casino, peut s’appliquer aux marchés financiers, la bourse n’a rien en commun avec les jeux de hasard !

Au casino, tu n’as aucun moyen de prévoir ton gain, c’est aléatoire. L’investissement en bourse, c’est une autre histoire. Bien que la bourse ne soit pas une science exacte, il est possible de prévoir les modifications des cours boursiers grâce aux actualités économiques, financières et mêmes politiques ! Par exemple, si le prix du pétrole augmente, tu peux en déduire que le cours d’Air France va potentiellement baisser étant donné la hausse du prix du kérosène. Malin non ? 

C’est un travail fastidieux qui, au quotidien, peut te demander beaucoup de temps. En effet, il te faut ingérer énormément d’informations différentes et prendre suffisamment de recul pour ne pas être influencé par certains biais. Néanmoins, investir en bourse reste plus prédictible que le pur hasard. 

Fais tout de même attention à deux choses. La première, c’est que les performances passées d’un produit ne sont en aucun cas un gage de ses performances futures. La deuxième chose, c’est que la gestion de ses émotions est primordiale pour investir en bourse. Tu dois apprendre à les maîtriser pour éviter les prises de décision non réfléchies qui peuvent amener à une perte financière.

 

Idée reçue n°2 : Pour investir en bourse, il faut être bon en maths

Le MEDAF, le théorème centrale limite, l’inégalité de Bienaymé-Tchebychev ... tes yeux piquent ? Il ne faut pas s'inquiéter, il est possible d’investir en bourse en n'étant pas à l’aise avec les mathématiques financières ! En revanche, mieux vaut te renseigner en amont. De nombreux conseils d’experts sont disponibles en ligne pour te permettre d’orienter tes choix. Cependant, si tu paniques dès qu’on te parle de diversification sectorielle, tu peux te référer à un conseiller en investissement qui fera le job à ta place. De quoi se féliciter d’être nul en maths, tu ne trouves pas ?

 

Idée reçue n°3 : La bourse est un monde de loups

Comme le dit Paul Ricœur, philosophe français : « la faim d’or est insatiable ; une sorte de mauvais infini habite ce toujours plus qui n’en a jamais assez ». On te l’accorde, ce cliché sur la soif de richesse a la vie dure auprès des professionnels de l’investissement, alors que cela ne concerne qu’une minorité des gestionnaires. Les différentes entreprises et leurs employés luttent contre la détérioration de leur image et se dotent d’un code éthique drastique pour te protéger de certaines pratiques déloyales, comme le délit d’initiés. 

Par exemple, le Chartered Financial Analyst (CFA), une association regroupant les professionnels de l’investissement à travers le monde, va bien plus loin que toutes les règles imposées par l’U.S, (Securities and Exchange Commission ou SEC), la police des marchés aux États-Unis. Elle encourage les salariés à être des lanceurs d’alertes si les intérêts des investisseurs sont menacés. Et il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que les clients finaux sont protégés : en France, l’Autorité des marchés financiers (AMF) protège l’épargne investie dans les produits financiers, informe les investisseurs, et assure le bon fonctionnement des marchés financiers. Tu penses encore que la bourse est un monde de loups ?

 

Idée reçue n°4 : Investir en bourse, c’est du court terme

Tu peux investir en bourse sur le court terme, c’est vrai. Mais généralement, il est conseillé d’avoir un horizon de placement sur le long terme pour lisser le risque et profiter de bonnes performances en faisant fructifier ton épargne sur une longue période.

Imagine que tu aies investi le 8 décembre 2015 dans l’action LVMH pour 144,90 €. Si tu étais dans le court terme et que tu comptais la vendre avant la fin de l’année, pas de chance, l’action avait perdu 9,49% le 30 décembre (131,15 €). Par contre, avec une vision sur le moyen voire le long terme, tu sais que tu aurais pu vendre ton action le 6 mai 2019 à 344,4 €, soit presque 200 € de plus. … De quoi t’offrir une bouteille de leur Moët pour fêter ça ! Empiriquement, et ce, malgré les différentes crises, le cours des actions monte, et plus vite que l’inflation.

 

Idée reçue n°5 : La bourse de Paris, c’est uniquement le CAC 40

Les journalistes d’information grand public ont souvent tendance à limiter la place boursière de Paris au CAC 40, c’est-à-dire les 40 des 100 sociétés dont le volume d’échange de leurs titres est le plus important. Pourtant, il existe d’autres indices comme le CAC Next 20, le CAC Mid 60, le CAC Small, le CAC IT 20, le SBF 80. Chacun a sa spécificité et peut se focaliser sur les PME ou bien les plus grosses capitalisations après celles du CAC 40 par exemple. Tu l’auras compris, il y a une multitude d’indices différents à la bourse de Paris.

 

Comme tu as pu le constater, le monde de la bourse est rempli d’idées reçues qui en font un environnement opaque et difficile à comprendre. Mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras et ne pas en profiter pour valoriser ton épargne. L’idéal est de pouvoir correctement se renseigner avant de débuter et de profiter des conseils des investisseurs avisés. Si tu souhaites investir en bourse mais que tu ne sais pas par où commencer, consulte dès maintenant nos 10 conseils pour débuter en bourse.