04 65 84 31 00
04 65 84 31 00

4 choses à savoir sur la défiscalisation !

Publié le 01/12/2021

4 choses à savoir sur la défiscalisation !

Derrière le terme de défiscalisation, on s’imagine parfois, à tort, un réseau frauduleux de grand banditisme ! Pourtant, défiscaliser peut-être d'un grand secours lorsque la note du centre de la finance publique est trop salée... Alors comment et par quel moyen réduire ses impôts ? Doit-on forcément réaliser un investissement immobilier ? Décryptage des milles et une facette de la défiscalisation.

 

1 - La défiscalisation, c’est légal !

Si ce qu’il en résulte n’est pas toujours des plus aisés à appréhender, la définition de la défiscalisation, elle, est simple : c’est un ensemble de dispositifs qui permettent de réduire les charges fiscales d’un foyer et donc de diminuer l’impôt sur le revenu. 

L’objectif ? T’encourager à investir ! Une approche gagnant-gagnant où l’Etat te rétribue une contrepartie pour l’investissement que tu as réalisé. C’est pas beau ça ?  

Attention, ne va pas t’imaginer qu’on peut défiscaliser tout est n’importe quoi. Au contraire, c’est une mesure fiscale tout ce qu’il y a de plus légal, encadrée par une législation et des textes de lois. 

En pratique, il existe de nombreux moyens de défiscaliser. Certains plus accessibles que d’autres comme l’immobilier, les niches fiscales ou les placements financiers.

 

616018f520e8f_capture-d-ecran-2021-10-08-a-12-09-07.png

2- Tu peux réduire tes impôts via un achat immobilier

L’immobilier fait partie des mesures fiscales les plus connues en France. Ici, tu peux acheter en locatif dans du neuf, rénover de l’ancien ou louer un meublé. Et chaque investissement a ses propres règles fiscales.  

  • Loi Pinel : acheter neuf 

On en entend beaucoup parler, mais de quoi s’agit-il exactement ?  

La Loi Pinel une mesure qui vise à relancer la construction de logements neufs dans les régions pauvres en logement disponible.  

La raison de son succès est que cela permet à des acheteurs d’acquérir un bien immobilier tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt. Plus concrètement, il peut déduire, chaque année et pendant 9 ans, 2% du prix d’achat de son bien. 1% à partir de la 10ème année et jusqu’à la 12ème. 

En bref, si tu achètes un appartement 250.000€, tu réduis tes impôts sur le revenu de 5 000€/an pendant 9 ans. Génial non ?  

Tout ça en permettant à un locataire de bénéficier d’un appartement neuf, au loyer plafonné en fonction de la ville où il est situé.  

 

  • Loi Malraux : le charme de l’ancien  

Pour le coup moins accessible, la Loi Malraux n’en est pour autant pas moins intéressante ! On t’explique. 

A l’inverse de la Loi Pinel, ce dispositif, reconnu d’utilité public, a pour objectif de réhabiliter le patrimoine historique français. L’idée n’est pas de placer des billes dans la rénovation de Notre Dame de Paris, mais plutôt de restaurer un bien immobilier dans une zone dite protégée.  

Pour bénéficier de Malraux, l’acheteur doit prétendre à un minimum de 10.000€ d’impôt sur le revenu. De son côté, le bien doit être dans un immeuble ancien, dont la restauration sera supervisée par les Architectes des Bâtiments de France. 

Fiscalement, l’acquisition d’un bien de ce type de prestige est particulièrement intéressante pour un acheteur. Il profite d’une réduction d’impôt de 22% ou 30% du montant des travaux...  

 

  • LMNP : Loueur Meublé Non Professionnel  

Cette niche fiscale est une des plus anciennes de France. Aujourd’hui, elle s’est particulièrement bien adaptée aux nouveaux modes de vie (Coucou Air BNB) et présente une belle opportunité d’optimisation patrimoniale. 

Une nuance est tout de même à noter. A l’inverse des investissements précédents, un Loueur Meublé Non Professionnel n’est pas une mesure défiscalisable à proprement parler. Au lieu de déduire une somme de ses impôts, le propriétaire du bien perçoit des loyers non-imposés. La rentabilité est donc immédiate et nette d’impôt. 

Par ailleurs, ce modèle d’investissement est très libre. En effet, l’acheteur n’est soumis à aucun engagement de durée, de plafond minimum-maximum de loyer ou de mode de gestion (location longue durée, courte durée ou colocation). Feel free comme dirait l’autre  !

 

3- Il existe 474 niches fiscales

En France, on ne décompte pas moins de 474 niches fiscales réparties en 4 grandes catégories comme : 

  • Les déductions liées à la famille (nounou, hébergement d’une personne dépendante) 
  • L’emploi à domicile (aide-ménagère, jardinier) 
  • L’aide à la personne 
  • Les déductions immobilières (travaux de rénovation).  

Tout comme les mesures fiscales immobilières présentées ci-dessus, les niches fiscales visent à réduire la note de ton impôt sur le revenu. 

Tu trouveras plus d’informations sur le sujet ici.

 

4- L'investissement financier (aussi) présente des avantages fiscaux

Ça semble beaucoup moins flagrant mais oui, certains placements peuvent être fiscalement intéressants. Parmi les plus accessibles financièrement, on note notamment le PER (Plan Epargne Retraite), le PEA (Plan d’épargne en actions) et l’assurance-vie. 
 

  • Le PER  

Le Plan Epargne Retraite repose sur une mécanique simple : plus tu épargnes, plus l’économie sur tes impôts sera importante. Tu déduis donc en fonction de ce que tu investis.  
 
Avantage : Le niveau de déduction dépend de ta tranche marginale d’imposition. Globalement, ça devient intéressant dès 30% (revenu de 25 711 € à 73 516 €) et très intéressant à 45% (revenu de plus de 158 122 €). 

En revanche, il faut noter que le montant des versements déductibles du revenu imposable est plafonné par la loi à 10% du revenu net imposable de l’année précédente. Ce qui te laisse moins de marge de manœuvre.  
 

  • Le PEA  

Le Plan d’Épargne en Actions est un produit d'épargne constitué d'actions d'entreprises françaises et européennes, de certificats d'investissements ou de bons de souscriptions.  

A la différence du PER, on ne parle pas ici de déduction d’impôt mais plutôt d'avantages fiscaux. En effet, tu ne peux pas défiscaliser ton capital investi.  

Avantage : Passé le délai de 5 ans, le PEA n'est plus imposable !  

Il faut par ailleurs bien avoir en tête que si tu souhaites disposer de la somme placée avant 5 ans, tu devras définitivement clôturer ton PEA. Aussi, pour profiter pleinement de ce produit que l’on peut qualifier de ludique, et dans le cas où tu ne serais pas accompagné(e), il te faudra suivre le cours de la bourse, acheter et revendre sur les marchés.  

  • L’assurance-vie  

L’assurance-vie est un également un produit d’épargne. La seule différence est qu’il est comme qui dirait “hydride”.  

C’est une responsabilité moins forte qu’un achat immobilier ou une niche fiscale tout en étant un placement flexible.  

Avantage : En plus de bénéficier de performances intéressantes, ce placement est extrêmement souple, tu peux effectuer un retrait total ou partiel quand bon te semble sans entraîner la clôture de ton contrat (sauf dans le cas où tu récupères tout ton capital évidemment).  

Comparée au PEA, l’assurance-vie est beaucoup moins chronophage. Tu n’as pas besoin de passer le marché au peigne fin, ton argent travaille seul !

“ L’assurance vie est un placement détenu par la moitié des français ! 
Pourtant, pour la majorité, les avantages de ce type de contrat restent flous, l’investissement opaque et les frais élevés. Chez Mon Petit Placement, nous avons à cœur de sensibiliser nos clients à la culture de l’investissement. Nos contrats seront le meilleur terreau pour cultiver leur placement en assurance vie. “ Noémie Zarka, Conseillère en investissement MPP 


Côté imposition, tu bénéficies d’un a
battement annuel sur les intérêts au bout de 8 ans de 4 600 € par an pour une personne seule et 9 200 € pour les déclarations d’impôt commune. Et comme un placement se pense toujours sur le long terme, pas de raison que tu ne puisses pas en bénéficier.